Estampes > Isaac Major

Isaac Major
Isaac Major | Francfort 1576 ou 1588 – Vienne après 1642
“Vue d'une rivière” Eau-forte réalisée par Isaac Major.
D'une série de 10 (?) paysages, éditée par Marco Sadeler | 14,1 x 21,8 cm | À droite dans la marge : Marco Sadeler excudit.

Fils d’une famille néerlandaise d'orfèvres itinérants, Isaac Major semble avoir été essentiellement dessinateur et graveur. Nous connaissons peu de choses sur sa vie. Et ses dates de naissance et de mort suscitent la controverse. On le cite à Prague vers 1600 où il fut probablement l’élève de Roeland Savery et de Peter Stevens. Il résida également à Vienne et Poznan.

Il subit l'influence des paysagistes praguois travaillant à la Cour de Rodolphe II. Mécène et collectionneur, celui-ci s'entoure de jeunes talents, allemands, flamands et hollandais, dont Bartolomaüs Spranger, Dirck de Quade van Revesteyn, Georg Hoefnagel et Hans von Aachen qui développent un art maniériste exacerbé. Parmi ces artistes on retrouve le paysagiste Peter Stevens II, dit Stephani, originaire des Pays-Bas et Roelant Savery, chargé par l'empereur, de réaliser des études "en plein air" des sites caractéristiques du Tyrol.

Major aurait produit une soixantaine d'estampes, sujets religieux et paysages, réalisées d'après ses propres dessins ou ceux d'autres artistes. Selon J. von Sandrart, Major aurait reproduit bon nombre de paysages de Savery. On sait également que I. Major séjourna pendant plusieurs années chez Egidius Sadeler.

Récemment, a été redécouvert, un ensemble d'études au lavis d'indigo, réparti entre différents musées et cabinets d'estampes. Ce sont des paysages maniéristes, proches de la manière de Savery, aux montagnes boisées animées de rochers et de grands conifères. Ces lavis ne semblent pas avoir de lien direct avec ses estampes.

Le paysage se compose d'un avant plan sombre d'où se détachent, sur la gauche, baignés de lumière, un chasseur au canard accompagné de ses chiens et un petit pont avec un personnage qui s'éloigne. Dans le plan d'eau central, très sombre, un homme pêche dans sa barque. L'arrière plan très clair est souligné par l'oblique des rivages et la perspective des nuages filant vers l'arrière.

Une très belle lumière "éclaire" les personnages de gauche. De beaux contrastes lumineux animent la végétation de droite, où ruines, arbres cassés, arbustes forment un bel ensemble artificiel. Ces éléments se retrouvent également dans d'autres estampes. Major interprète les détails de ses paysages au gré de sa fantaisie et des besoins de la composition. Ces effets de lumière se retrouvent également chez les peintres Joos de Momper (1564 - 1635) et Kerstiaen De Keuninck (1580 - 1635).

Le maniérisme s'exprime ici par ce climat étrange fait de forts contrastes entre les différents plans où l'avant se découpe sur le fond très léger, un peu à la manière des coulisses d'une scène. La composition faite d'un bel équilibre entre horizontales et verticales est cependant rompue par le petit pont tout en courbe avec son personnage qui s'apprête à sortir du cadre.


Notes bibliographiques

J. von Sandrart | Teutsche Academie | Vol.II | pp. 362-363.

Isabelle de Ramaix | Les Sadeler, Graveurs et éditeurs | Bibliothèque royale Albert Ier. | 1991.

De la réforme à la guerre de trente ans. Dürer et son temps | Dessins allemands de l'École des Beaux-Arts | Beaux Arts de Paris les éditions | Ministère de la Culture et de la Communication | 2012 | Hollstein XXIII. 27.